Sarah Montard était enfant lors de la rafle du Vel’ d’Hiv

C’était les 16 et 17 juillet 1942. Il y a soixante-dix ans,  4115 enfants,  parmi 8160  juifs, étaient arrêtés lors de la rafle du Vél’ d’Hiv. Sarah Montard, tremblaysienne, était l’une de ces enfants raflées avec sa mère.

Dans le cadre de la « Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’État français et d’hommage aux Justes de France« , une cérémonie s’est tenue le dimanche 22 juillet 2012 au monument commémoratif de la rafle du Vél’ d’hiv’ à Paris.

Ils furent 13 152 juifs de la région parisienne a avoir été arrêtés lors de cette grande rafle organisée des 16 et 17 juillet 1942, puis enfermés sur plusieurs sites : le vélodrome d’hiver à Paris (15eme) ou  Vel’ d’Hiv’, à Drancy, mais aussi en province à Beaune-la-Rolande et Pithiviers, avant d’être déportés vers des camps d’extermination, notamment celui d’Auschwitz. Lors de ces arrestations de nombreux enfants 4115 ont été « parqués » au Vel’ d’hiv, en compagnie de 1129 hommes, et  2916 femmes.

Sarah Lichtsztejn-Montard, d’origine polonaise,  avait 14 ans quand elle fut arrêtée. Elle n’oubliera jamais. Depuis vingt cinq ans Sarah raconte inlassablement et témoigne sur son passé d’une jeune enfant à l’adolescence brisée. Elle témoigne son histoire aux jeunes, dans son livre « Chassez les papillons noirs », de son évasion du Vel’ d’Hiv’ puis de sa déportation en passant par Drancy. dans l’enfer d’Auschwitz-Birkenau puis au camp de Bergen-Belsen Drancen 

sce Fondation de la Shoah, photo Daniel Fouray (ouest france)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.