9 essartois de l’AGSE Cylco pour parcourir quelques centaines de km en 24heures pour la flèche Vélocio

Aujourd’hui vendredi 19 avril, 2 équipes de l’AGSE Cyclo les Essarts-le-Roi se sont élancées de Langres (52) en direction de Upaix dans les Hautes Alpes pour 24 heures de vélo Non-Stop.

Les deux équipes de 4 et 5 cyclos sont parties avec 1 heure de décalage de Langres, sur un circuit concocté par Régis, un des capitaines de route. Le but, arriver au minimum à 3 pour valider cette flèche cyclo de 24heures.

Vous avez bien lu, pédaler 24heures est l’objectif, mais aussi faire le plus de km possible, pour des amateurs cyclos d’un club yvelinois : l’AGSE Cyclo des Essarts-le-Roi

Des cyclos à l’esprit gladiateur

L’équipe 1 est partie à 12h00. Composée de Benoît (capitaine de route), Souheil, Sébastien et Pascal elle était accompagnée de Thierry et Jean-Michel, accompagnateurs qui ont interdiction de participer à l’épreuve.
L’équipe 2 est partie à 13h00. Composée de Didier, Frédéric, Manu, Régis (capitaine de route) et Eric était accompagnée de Serge et Alex qui se contenterons de soutenir « moralement » leurs collègues cyclo

L’expérience des 2 capitaines de route devrait permettre de mener le plus loin possible leur équipe, avec pour cible, comme ces 2 dernières années de pouvoir montrer le maillot de l’AGSE Cyclo.

Avril 2019, un temps plus clément

Pour cette année 2019, le temps semble être favorable, théoriquement sans pluie, avec un léger vent de face, mieux que les années précédentes ou parfois la nuit des températures négatives étaient relevées.

Point à mi-parcours

A minuit, l’équipe 1 a déjà roulé 12 heures, avec à son compteur 334 km de parcouru, pour un temps réel de selle de 10h30, soit une moyenne de 29,95 km/h. Elle avait déjà dépassé Chavanay et se retrouvait dans les environs de Saint-Pierre-de-Boeuf

L’équipe 2 qui a rencontré un problème technique avec son tracaeur GPS, ne pouvait nous retransmettre son positionnement et les informations pour les suivre à distance. Contacté à minuit serge accompagnateur, nous indiquait que le groupe 2 avait une trentaine de minutes d’avance sur le parcours prévu, aloors qu’il n’était pas arrivé à la moitié de leur parcours.

Après 12h de selle, le plus dur reste à faire

Le plus dur reste à faire, tenir encore des heures sur la selle, alors que l’effort amène le sommeil, diminue la vitesse et que les fesses font mal . Pour lutter contre le sommeil, la fatigue il faut parler, blaguer, s’arrêter pour se nourrir et ainsi tenir jusque midi ou 13 heures.

La Flèche Velocio, Kézaco

C’est avant tout une preuve d’équipe, où les 3,4 ou 5 équipiers doivent rouler continuellement pendant 24 heures. Ils ont droit à des arrêts, mais aucun ne doit dépasser deux heures. Les équipiers finalistes (au minimum 3 par équipe) doivent effectuer l’ensemble du parcours. il n’ y a pas de relais.
Chaque équipe est libre de choisir son propre parcours, sous réserve qu’un minimum de 360 km soient effectués durant les 24 heures.

A l’AGSE les Essarts-le-Roi, la flèche Vélocio, une préparation sur plusieurs mois d’hiver.

Malgré les conditions hivernales, les participants ont commencé kleur préparation début février, à parcourir 150, 200 300 km, souvent sous une météo peu clémente sous la pluie, le vent fort de face, de travers en ce début d’année, parfois sous des conditions dangereuses le matin de bonne heure avec des routes glissantes. Il faut être très motivé pour se lancer dans ce type d’épreuve.
Si la préparation sur deux mois est le lot hedomadaire des cyclos, ils peuvent compter sur les autres cyclos du club, pour les accompagner à l’entraînement dans un bon esprit de camaraderie, de convivialité et de passion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.